Pour une fête de l’Huma sans relou

Chaque année, plus d’un demi million de personnes se rejoignent à la fête de l’Humanité, lieu de débats, de convivialité et d’échanges. La plupart d’entre nous attend chaque année cet événement, d’autres la découvrent.

Mais l’ouverture d’esprit et la convivialité attendus autour de cet événement n’en font pas un lieu dénué de discriminations et d’       actes sexistes.

A chaque édition, de nombreux témoignages font état d’insultes, d’attouchements et d’agressions.

Cet état de fait est bien assimilé et intégré pour de nombreuses personnes qui, en conséquence, se refusent l’accès à cet événement, de peur d’être confrontées à ce type d’agissements.

Ces attaques tantôt verbales tantôt physiques devraient être bannies en tout lieu, mais d’autant plus dans le haut lieu de lutte populaire et progressiste que constitue la Fête de l’Huma.

Cette situation n’est pas irréversible. Le combat féministe et contre le harcèlement doit devenir l’un des fondements de cet événement.

Mais donner des noms de femmes à des allées ne suffit pas pour en faire un lieu sécurisé. C’est dans ce contexte que la Fête de l’Huma a exprimé son souhait d’agir en ce sens.

Dans le prolongement de ce début de réponse, no­­­us demandons aux organisateurs de la Fête de l’Huma des mesures concrètes et efficaces pour que l’ensemble des participants à ce festival puissent se sentir en sécurité en son sein :

  • formation des équipes du festival
  • sensibilisation du public accueilli
  • campagne de communication
  • débats autour de cette problématique
  • mise en place de transports permettant d’accéder au festival et en revenir de manière plus sécurisée, etc.

 

affiche thomas mathieu solidays

 

 

Pour que la fête de l’Humanité accueille dignement tous ceux qui la forment.