Il y aura toujours des harceleurs, c’est regrettable mais lutter contre n’y changera rien…

Nous refusons cette vision pessimiste ! Bien sûr il y aura toujours des gens pour se sentir autorisés à harceler d’autres personnes, mais par l’éducation et la sensibilisation on peut tout à fait restreindre ce phénomène à quelques personnes marginales. Aujourd’hui le phénomène est général et trop souvent « socialement accepté », c’est cette situation que nous dénonçons et oui on peut agir !

Parfois le harcèlement de rue est présenté comme un phénomène masculin, une pulsion irrépressible et naturelle… Outre qu’une telle vision des choses est contestable à bien des égards, notons simplement que toutes et tous nous apprenons par l’éducation et la vie en société à contrôler nos pulsions, pourquoi celle-ci moins qu’une autre ?

Enfin, comme nous l’avons dit plus haut, le harcèlement de rue transcende les barrières de genre et d’identité sexuelle. Conclure lapidairement que “les hommes sont comme ça”, c’est insulter les hommes, renier leur libre arbitre. C’est refuser le débat et la recherche des origines du harcèlement. C’est ignorer les sentiments des victimes.

13 mai 2014