Comment savoir si j’harcèle ?

Il y a une grande différence entre la drague et l’harcèlement. Cette différence réside dans le CONSENTEMENT. Si vous abordez une personne dans un espace public, dans la rue, dans un bar etc., soyez attentif-ve à son comportement. Si elle vous répond « Non », « Je ne suis pas intéressé-e », « Je suis pressé-e », « J’ai un copain-une copine »… c’est qu’elle ne souhaite pas entamer la discussion, respectez son choix et n’insistez pas !

De même, si la personne ne vous répond pas, ne vous rend pas votre regard, si elle s’éloigne, met ses écouteurs, regarde son portable… ne l’interpellez pas, ne la sifflez pas, ne la klaxonnez pas, ne la dévisagez pas… Ces attitudes peuvent mettre la personne dans l’inconfort et l’insécurité : elle se sent réduite à un objet sexuel et ne sera certainement pas encline à répondre. Il faut comprendre que l’espace public est un lieu utilisable librement par tous et toutes. Chacun et chacune peut y circuler en toute autonomie sans devoir s’arrêter pour devenir un objet de séduction. Bien sûr, certaines personnes acceptent sans problème d’être draguées par des inconnu-e-s mais d’autres non. Si la personne exprime son désaccord, il faut respecter ce droit !

Mettez-vous simplement à sa place et avant de l’aborder, posez-vous la question : aimeriez-vous que quelqu’un se comporte ainsi envers vous ? Ou envers votre conjoint-e ? Votre ami-e ? Votre soeur ou votre frère ?

 

RAPPEL !

L’harcèlement de rue est considéré comme de l’harcèlement sexuel : c’est un délit punissable de 2 ans d’emprisonnement et de 30 000€ d’amende.

L’injure publique sexiste, raciste, homophobe ou handiphobe est punie de 6 mois de prison et de 22 500€ d’amende.

Une agression sexuelle est punie de 5 ans de prison et de 75 000€ d’amende.

 

Vous avez encore des questions ? RDV sur notre FAQ « Pas de questions sans réponse ! »